Qui est l'Association Suisse de musique populaire ASMP?


L'ASMP est une association selon les articles 60 et suivants du code civil.

L'association a pour but la promotion et le maintien du bien culturel que constituent la musique populaire suisse et la création d'un lien entre musiciens et amis de la musique populaire.

Ses activités comprennent la représentation des intérêts de l'association vis-à-vis des autorités et des médias nationaux, la coordination et l'échange entre membres, les contacts avec d'autres associations dans le domaine de la culture populaire, la promotion et le perfectionnement, l'organisation d'évènements, en particulier les Fêtes Suisses de musique populaire FSV et des Rencontres Suisses de jeunes musiciens RSJM, le soutien d'autres manifestations, la production du journal de l'association SCHWEIZER VOLKSMUSIK, la mise à jour du site Internet ainsi que d'autres activités en rapport avec le but recherché.

L'ASMP est neutre sur les plans politiques et confessionnels.

Histoire

Le 30 novembre 1958, l'association de musique de danse et de variété Zurich-Suisse centrale fut fondée à Zoug. L'initiateur fut l'accordéoniste Christian Hartmann (compositeur du célèbre «Bündner-Meiteli»). Beaucoup de musiciens de musique folklorique bien connus en son temps s'y sont inscrits tels Tony Roos, Oskar Schärer (plus tard le président de l'ASMP ), Josef Feierabend, Hermann Lott, Kaspar Muther, Walter Grob, René Wicky, pour nommer que quelques-uns.

De cette association est sortie cinq ans plus tard l'Association des amis de la musique populaire, abrégé ASMP. L'assemblée fondatrice a eu lieu le 24 septembre 1963 à l'hôtel Schlüssel à Sachseln. Cette association avait pour objectif de créer une institution sur le plan suisse pour défendre les intérêts et la position de la musique populaire Suisse. Car, lors de la fondation, le folklore musical n'était pas au mieux dans les médias suisse. La musique populaire fut laissé pour compte par la radio et la télévision avec de très courtes émissions. Mais une large pétition a eu pour résultats que des émissions aimées par le publique ont pu être maintenues. De nos jours, l'association a des relations amicales avec les médias. Plutôt favorable est la position de nombreuses stations privées qui émettent aussi de la musique populaire ce qui crée envers les offices de radiodiffusion et le télévision d'état un climat de concurrence bénéfique.


Vive la musique folklorique suisse !